Accueil / Actualités / 212ème Session du Conseil Exécutif de l’UNESCO

212ème Session du Conseil Exécutif de l’UNESCO

L’UNESCO a tenu à Paris sa 212ème Session du Conseil Exécutif, le 11 octobre 2021. Le Burundi a été représenté par le Délégué Permanent du Burundi  auprès de l’UNESCO S.E M Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI.

Dans son allocution, S.E M Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a fait savoir qu’il lui plaît  d’exprimer sa profonde  gratitude au Secrétariat de l‘UNESCO et le Président du Conseil pour son professionnalisme  dans la conduite des activités de cette session  malgré les conditions rendues extrêmement difficiles par la pandémie de COVID-19.

S.E M Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a fait savoir qu’actuellement, le Burundi est stable, calme et que la situation securitaire est entièrement maitrisée, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest et qu’on observe des avancées significatives sur la scène nationale, régionale et internationale comme le  témoigne le nombre de réfugiés burundais qui rentrent de l’exil, en faisant savoir par exemple qu’à partir de 2017 jusqu’à fin septembre 2021, 178.124 réfugiés sont rentrés d’exil.

Sur les questions de droits de l’homme, Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a fait savoir que le Burundi croit fermement que les droits de l’homme doivent être protégés par des mécanismes clairs de bonne gouvernance, de sécurité et de justice équitable. Dans le cadre du suivi de l’état de mise en œuvre des principes de protection des droits de l’homme, la Communauté Internationale devrait adhérer aux principes fondamentaux d’universalité, de transparence, d’impartialité, de non-sélectivité, de non-politisation et d’objectivité ainsi que le rejet de la pratique de deux poids, deux mesures en la matière. C’est pour cette raison que S.E le Président de la République du Burundi, dans son allocution lors de la 76ème Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, a insisté sur  le fait que toute tendance  à singulariser le Burundi en lui collant des mécanismes spéciaux en matière des droits de l’homme est tout simplement contre productive.

En ce qui concerne la liberté d’expression, Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a rappelé que S.E Monsieur Évariste NDAYISHIMIYE, Président de la République du Burundi a réaffirmé son engagement pour une presse libre et responsable en exhortant les professionnels des médias à veiller au strict respect de la déontologie. Le Conseil National de la Communication au Burundi, organe de régulation des médias enregistre jusqu’au 5 octobre 2021, 51 radios locales, 15 chaines de Télévisions, 111 journaux, 32 agences de presse et 7 associations des professionnels des médias. L’Ambassade du Burundi a saisi cette occasion pour saluer le rôle de l’UNESCO au Burundi dans la formation des journalistes burundais.

Quant à l’éducation, Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a annoncé que le Gouvernement du Burundi assure la gratuité de l’enseignement fondamental pour permettre à chaque enfant d’aller à l’école quelle que soit sa situation sociale. C’est dans cette optique que le Gouvernement a multiplié le nombre d’infrastructures scolaires sur tout le territoire burundais afin de réduire la distance parcourue par les apprenants.

Concernant la pandémie de Covid-19 qui menace toute l’humanité, depuis l’apparition des premiers cas, Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a indiqué que le Burundi a pris des mesures de prévention et de riposte à cette pandémie et toutes les stratégies ont permis de maintenir la positivité des tests à un taux inférieur à 3% et d’éviter de grandes incidences des formes graves.

S.E M Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a également fait savoir que cette 212ème session du Conseil Exécutif se tenait au moment où le Burundi va fêter le 60ème anniversaire de son indépendance et de son adhésion à la famille de l’UNESCO. Ce sera donc un moment de se rappeler que l’UNESCO a joué un grand rôle au Burundi dans la promotion de l’Education, la science et la culture sans oublier son rôle pendant la période de la crise sociopolitique que le Burundi avait connue.

Pour clôturer, S.E M Ambassadeur  Ernest NIYOKINDI a indiqué que sa délégation soutient le projet de transformation de l’UNESCO et la priorité globale d’Afrique, tout en insistant  sur le renforcement  des ressources financières et humaines pour  concrétiser la présence de l’organisation sur terrain.

 

A propos du gestionnaire

Voir aussi

Validation de la Stratégie Sectorielle de Bonne Gouvernance, de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement.

Vendredi le 19 novembre 2021, à La Détente, le Secrétaire Permanent au Ministère des Affaires …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *