Le Burundi et la Zambie organisent à Lusaka, la 5ème session de la Commission mixte permanente de coopération

Lors de la 5ème session de la Commission mixte permanente de coopération entre le Burundi et la Zambie tenue à Lusaka du 12 au 12 juin 2024,  le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement de la République du Burundi Son Excellence l’Ambassadeur Albert SHINGIRO a souhaité,  dans son allocution prononcée   à l’occasion de la Réunion Ministérielle de la Commission Mixte Permanente de Coopération entre la République du Burundi et la République de Zambie, le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays.

Cette commission mixte de coopération constitue une étape historique qui a offert une plate-forme pour des discussions franches et honnêtes sur l’état actuel des relations bilatérales entre le Burundi et la Zambie et pour identifier de nouveaux domaines de coopération. Les deux parties se sont engagées en tant que partenaires égaux dans la quête visant à améliorer la vie des populations des deux pays et à relever les défis de la pauvreté, de la paix et de la sécurité, du changement climatique, de la migration, de la sécurité alimentaire et des ODD, entre autres. Il s’agit d’une période critique pour de nombreux pays africains. Dans son discours,  le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement S.E Amb. Albert Shingiro a fait savoir qu’en tant que dirigeants, ils ont une responsabilité et une opportunité uniques de promouvoir le changement et de construire l’Afrique que nous voulons en tant que puissance mondiale du futur.

Le Ministre Albert Shingiro a souligné que cette session arrive à point nommé 11 ans après la 4ème session que le Burundi a accueillie à Bujumbura le 4 novembre 2013. F 11 ans, c’est une longue période sans tenir une autre consultation politique et diplomatique pour évaluer la mise en œuvre des conclusions de la 4ème session Cette commission mixte de coopération. Ce sont des leçons à tirer de cette situation, car certains défis pourraient s’aggraver avec le temps. Cela nécessite une fréquence accrue de nos consultations politiques et diplomatiques à différents niveaux. Toutefois, il a ajouté que l’on ne pouvait pas s’en vouloir car de 2015 à 2020 le Burundi a traversé une période très difficile marquée par une agression politique, diplomatique et sécuritaire de la part de certains acteurs étrangers. Cette agression a eu un impact négatif sur l’action diplomatique du Burundi et sur la situation économique du pays.

Cette commission mixte de coopération était l’instruction donnée par le Président Evariste Ndayishimiye et le Président Hakainde Hichilema en marge des derniers sommets du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (#COMESA) et des #BRICS tenus à Lusaka et Johannesburg. L’instruction était donc claire : nous devrions organiser de toute urgence cette session du JPCC en cours ici à Lusaka.

Le Ministre Shingiro a salué les hauts fonctionnaires des deux côtés pour leur excellent travail lors des réunions virtuelles de novembre 2023, décembre 2023 et maintenant à Lusaka. L’excellent travail qu’ils ont accompli jusqu’à présent a facilité les délibérations. A cet égard, il s’est réjoui de constater que cinq (5) mémorandums d’accord (MoU) dans divers domaines d’intérêt commun ont été signés à l’issue de longues négociations tenues dans un esprit d’ouverture et de confiance entre les deux parties. Les deux parties ont convenu que certains des protocoles d’accord restants seraient signés en juillet 2024 et d’autres dans trois mois.

L’objectif commun est de changer la vie des peuples Burundais et Zambiens pour le mieux. Les deux parties veulent voir leurs jeunes éduqués, formés et développés pour devenir des hommes d’affaires et non des demandeurs d’emploi. Dans le même ordre d’idées, les Gouvernements des deux pays sont déterminés à intégrer les femmes dans l’économie dominante et à jouer un rôle clé dans la stimulation de la croissance économique et à contribuer à une prospérité partagée. Pour y parvenir, les deux parties doivent s’engager plus efficacement et continuer à se lancer dans des projets de coopération dans les domaines de l’agriculture, des mines, des services, de la défense et de la sécurité, de l’économie et des finances, du commerce, des transports et des investissements ainsi que des affaires sociales et humanitaires.  Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement S.E Amb. Albert Shingiro crois fermement qu’ensemble,  les efforts conjoints seront récompensés par une transformation économique dans les deux pays qui se traduira par une vie meilleure pour tous.

Les principaux objectifs pour cette session de la commission mixte de coopération  incluaient également la conduite de délibérations qui contribueront à l’éradication de la pauvreté, à la création d’emplois et à la réduction des inégalités dans nos pays. Le Ministre burundais en charge des Affaire Etrangers a fait savoir qu’ils devaient explorer les voies et les moyens de promouvoir et de protéger les investissements dans les deux pays, en particulier parce que la Zone de libre-échange continentale africaine a été ratifiée par le gouvernement burundais et le gouvernement zambien. Le Burundi comme la Zambie et de nombreux autres pays africains, est doté d’abondantes ressources humaines et naturelles, qui devraient contribuer à atteindre les objectifs de développement et à se libérer des carcans de la pauvreté, des maladies, du chômage et des inégalités. Une vie meilleure pour tous peut être atteinte au cours de la vie, mais les pays doivent travailler plus étroitement ensemble pour y parvenir. C’est dans ce contexte que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est devenue encore plus pertinente. Il s’agit en effet d’une réalisation majeure pour le continent et nous le considérons comme un « changement de donne » et un catalyseur pour stimuler le commerce intra-africain et l’intégration économique sur le continent.

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement a exhorté les participants pour qu’ils veillent à ce que cette réunion de la commission mixte de coopération produise des résultats et des jalons tangibles qu’ils se tiendront responsables d’atteindre dans les délais convenus. Les questions liées au commerce, aux transports et à l’investissement sont cruciales. Le Burundi et la Zambie doivent relever tous les défis qui menacent l’expansion de leur coopération économique. Il est également important de créer un espace ouvert, inclusif et sans discrimination pour l’économie numérique.

Pour conclure, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement S.E Amb. Albert Shingiro a réaffirmé le plein engagement de la République du Burundi à renforcer et approfondir les liens bilatéraux d’amitié et de coopération entre nos deux pays, fondés sur la confiance mutuelle et la solidarité africaine. Signalons que cette commission mixte de coopération qui était l’occasion d’évaluer l’état de la coopération bilatérale entre le Burundi et la Zambie a été couronnée de succès a été conclue par la signature de 5 accords/MoU dans divers secteurs d’intérêt commun

A propos du gestionnaire

Voir aussi

Poste vacant à l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques

Cliquer ici pour plus d’informations

error: Content is protected !!