Accueil / Actualités / Atelier de sensibilisation sur les engagements sous-régionaux et régionaux pris par le Burundi dans le cadre de l’intégration régionale.

Atelier de sensibilisation sur les engagements sous-régionaux et régionaux pris par le Burundi dans le cadre de l’intégration régionale.

En date du 18 au 19 mai 2021, à l’hôtel Kiriri Garden, le Secrétaire Permanent au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement Monsieur Isidore NTIRAMPEBA a rechaussé l’ouverture d’un atelier de sensibilisation sur les engagements sous-régionaux et régionaux pris par le Burundi dans le cadre de l’intégration régionale qui s’est étalé sur deux jours en vue de sensibiliser le secteur public et le secteur privé sur les enjeux  et défis de la Zone Libre d’Echange Continentale Africaine (ZLECAF). Le lancement officiel de la ZLECAF a eu lieu le 21 mars 2021 à Kigali en République du RWANDA et le Burundi était représenté par le Président de CFCIB, Monsieur Audace NDAYIZEYE.

Cet atelier est venu à point nommé afin que le secteur public et le secteur privé puissent s’assoir côte à côte dans le cadre d’un Dialogue Public-Privé en vue de préparer le Burundi, spécialement le Secteur Privé à répondre à ce grand rendez-vous Continental historique.

Dans les  discours du  Vice- Présidente de la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie  du Burundi (CFCIB) et le Représentant Pays de Trade Mark East Africa, respectivement Madame Jeannette KARIREKINYANA et Monsieur Christian NIBASUMBA, les locuteurs ont tous salué la création du ZLECAF car elle est le premier projet phare inscrit à l’agenda 2063 de l’Union Africaine. C’est une initiative importante dans l’optique de l’industrialisation et du développement économique du Continent Africain.

L’inclusion du Burundi au sein de la ZLECAF renforcera les objectifs économiques et industriels du pays, permettra la promotion du commerce et l’investissement et une meilleure exploitation des perspectives du secteur privé. Parmi les  avantages  de l’intégration du Burundi, compte aussi la suppression des restrictions tarifaires sur le commerce intra-africain, l’élimination de certains des obstacles non tarifaires qui ont restreint le commerce entre les Etats membres de l’Union Africaine, d’accéder à des matières premières et à des intrants intermédiaires moins chers ; amélioration des conditions de chaines de valeur régionales et renforcer le potentiel d’intégration avec les chaines de valeur mondiales ; catalyser la transformation de la technologie des économies africaines vers une plus grande utilisation de la technologie et du savoir ;  et faciliter les flux de capitaux directs intra-africains et externes vers les pays africains l’harmonisation des politiques juridiques et réglementaires  en matière de commerce et d’investissement.

Quant au Secrétaire Permanent au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, le Burundi est membre de plusieurs Organisations régionales d’obédience économique notamment la CEPGL, le COMESA, la CEEAC et l’EAC. Cette appartenance multiple a été dictée par la volonté du Gouvernement de la République du Burundi à accroître sa compétitivité sur la scène régionale et internationale, à diversifier la base économique et à créer suffisamment d’emplois pour les jeunes.  Cependant, les réalisations du Burundi en matière d’intégration régionale ne sont pas à la hauteur de ses ambitions et il reste malheureusement un marché d’écoulement au lieu de participer dans ce commerce intra-communautaire.

A propos du gestionnaire

Voir aussi

Séance d’information sur les réformes du système des Nations Unies

En date du 16 septembre 2021, certains Cadres du Ministère des Affaires Etrangères et de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!