Accueil / Actualités / Discours de Son Excellence l’Ambassadeur Albert Shingiro, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement a l’occasion de l’ouverture du séminaire d’information et d’échanges a l’intention des diplomates nouvellement nommés

Discours de Son Excellence l’Ambassadeur Albert Shingiro, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement a l’occasion de l’ouverture du séminaire d’information et d’échanges a l’intention des diplomates nouvellement nommés

DISCOURS DE SON EXCELLENCE L’AMBASSADEUR ALBERT SHINGIRO, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DU SEMINAIRE D’INFORMATION ET D’ECHANGES A L’INTENTION DES DIPLOMATES NOUVELLEMENT NOMMES.

                            BUJUMBURA, 08 AVRIL 2021.

-Monsieur le Secrétaire Permanent,

-Monsieur l’Assistant du Ministre

– Mesdames et Messieurs les Diplomates nouvellement nommés,

-Mesdames, Messieurs les Hauts Cadres et Cadres de l’Etat

-Mesdames, Messieurs les journalistes,

-Mesdames et Messieurs, Distingués invités,  

  1. C’est avec un immense plaisir que je prends la parole devant vous pour procéder à l’ouverture solennelle de ce Séminaire organisé à l’intention des diplomates nouvellement nommés par les Plus Hautes autorités de notre pays.
  • Je voudrais d’entrée de jeu, souhaiter une chaleureuse et cordiale bienvenue à vous tous les invités et participants ici présents pour avoir répondu  si généreusement à notre invitation. Je voudrais particulièrement accueillir parmi nous, les invités en provenance d’autres Institutions de la République du Burundi, qui se sont joints à nous pour enrichir nos travaux par leurs expériences et témoignages sur les différents thèmes à notre agenda.
  •  Permettez-moi également d’adresser mes vives et chaleureuses  félicitations à vous tous les diplomates nouvellement nommés, pour la confiance  que les Plus Hautes Autorités de la République ont placée en vous. Parmi vous, certains servent et d’autres ont déjà servi au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement : à ces derniers, je leur souhaite un bon retour au bercail. Pour ceux qui sont nouveaux dans le métier, je vous souhaite la bienvenue dans la famille des diplomates Burundais.
  • Ce faisant, avant de procéder à votre déploiement, nous avons jugé bon d’organiser à votre intention en tant que diplomates fraichement nommés, un séminaire ciblé d’information et d’échanges, pour une meilleure connaissance et compréhension des responsabilités et des attentes relatives à la mission vous confiée.  Il s’agit pratiquement d’une occasion de mettre à la disposition des diplomates, les instruments et les connaissances nécessaires pour mieux maîtriser la fonction diplomatique, qui se veut de nos jours plus offensive, proactive, dynamique, performante et agissante.
  • Mesdames, Messieurs les Diplomates nouvellement nommés, la mission de diplomates qui vous est confiée est à la fois noble, exaltante et contraignante. Elle requiert des qualités de clairvoyance, d’intelligence, de l’amour du travail, de sagesse et du patriotisme. Les diplomates doivent être constamment alertes, anticipatifs, créatifs et tenus à l’obligation du résultat.
  • A cet effet, nous attendons beaucoup de vous. Je voudrais, sans prétendre être exhaustif, développer quelques attentes des contribuables Burundais qui payent vos salaires vis-à-vis de vous une fois en poste.
  • Mesdames, Messieurs, les Diplomates nouvellement nommés, Vous allez représenter le Burundi, un Etat Souverain, qui a prouvé au monde sa dignité et qui a pu surmonter beaucoup de défis, y compris les tentatives d’ingérence étrangère dans les Affaires intérieures de notre pays. Le peuple burundais est un peuple digne, résilient, patient, laborieux, et très attaché à sa souveraineté. Soyez par conséquent proactifs dans votre mission de servir votre pays et votre peuple à travers la défense de la souveraineté et des intérêts vitaux du Burundi dans vos pays d’accréditation.
  • Vous garderez toujours à l’esprit que la Représentation diplomatique dont vous allez animer la coordination comme un chef d’orchestre constitue l’Etat du Burundi en miniature transplanté dans votre pays d’accréditation. Cela présuppose que vous ayez des connaissances approfondies de notre Pays, sa politique intérieure et extérieure, que vous soyez dotés de l’art de bien communiquer, de convaincre et persuader. Vous devrez refléter la belle image de marque du Burundi dans les pays et Organisations de juridiction à travers votre attitude et votre comportement dans la défense des intérêts vitaux du Burundi.
  •  Par ailleurs, au cours de vos contacts, vous aurez à parler de la manière dont le Peuple burundais a remporté des victoires face à ses multiples défis politiques, sécuritaires et socio-économiques. D’où l’impérieuse nécessité de connaitre les principes et valeurs auxquelles le Burundi attache une grande importance : la dignité, l’unité nationale, la souveraineté nationale, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique, la non-ingérence dans les affaires internes aux autres Etats, les relations amicales fondées sur le respect des principes d’égalité souveraine des Etats et des droits des peuples et de leurs droits à disposer d’eux-mêmes, le règlement des différends par des moyens pacifiques.
  1. A ces principes directeurs s’ajoutent la solidarité internationale, le multilatéralisme basé sur la règle du droit international, agir selon les instructions de la capitale, la coopération sud-sud et triangulaire pour ne citer que ceux-là.  En plus du document de la politique étrangère du Burundi à votre disposition, ce sont ces principes et valeurs qui doivent guider vos pas en tant que chef de mission du Burundi à l’étranger. Déraper dans l’observation stricte de ces principes n’est pas une option envisageable. Vous êtes tenus à les respecter scrupuleusement.
  1. Mesdames, Messieurs les Chefs de Missions Diplomatiques, Représenter le pays suppose en outre connaitre ses projets de développement socio-économiques, sa vision et ambitions. Au cours de votre noble mission, Vous allez mobiliser les investisseurs étrangers, leur présenter les nombreuses opportunités d’affaires ainsi que le climat des Affaires au Burundi. Vous savez tous que depuis ma prise de fonctions, j’ai immédiatement mis la diplomatie économique mutuellement avantageuse au centre de mes priorités. Pour le cas singulier du Burundi, cette diplomatie à caractère économique sera axée sur la promotion des échanges commerciaux, l’attrait des investissements étrangers, le transfert des technologies, la promotion de l’industrialisation et du tourisme.
  1. Il vous est également recommandé de promouvoir le Plan National de Développement 2018-2027. A cet effet, vous devrez connaître ses objectifs,  ses grands axes et ses orientations stratégiques qui le composent. Vous êtes sans ignorer que l’objectif phare à long terme de ce plan vise à rétablir les équilibres structurelles de l’économie burundaise à travers notamment (I) le renforcement de l’autosuffisance alimentaire et la diversification des exportations à travers la promotion des entreprises agro-alimentaires, commerciales et extractives, (II) le développement du secteur de l’énergie et de l’artisanat, (III) la construction et l’entretien des infrastructures d’appui à la croissance, (IV) l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base, (V) la poursuite des programmes de la protection de l’environnement et de l’aménagement du territoire, (VI) l’amélioration de la gouvernance financière et la décentralisation, (VII) le développement du partenariat régional et international. Ce dernier point vous interpelle à plus d’un titre. Dans tout cela, l’homme, dans sa dignité, devra rester au centre du développement en tant qu’acteur et bénéficiaire.
  1. Nous en appelons donc, à vous tous, surtout les chefs de mission nouvellement nommés à vous approprier pleinement de ce plan national de développement 2018-2027 et à vous mobiliser plus que jamais  comme un seul homme pour faire preuve, une fois de plus, de votre force de travail afin de parvenir au bien être socio-économique tant souhaité de notre population.
  1. Nous en appelons également, à nos partenaires techniques et financiers à accroitre leur accompagnement aux efforts nationaux de mise en œuvre du plan national de développement et des six priorités du président de la République, à travers une coopération mutuellement avantageuse et respectueuse de nos principes et valeurs intrinsèques auxquels nous croyons.
  1. Comme vous le savez, la politique de Développement au Burundi ne pourrait réussir sans la paix, la sécurité, la stabilité ainsi que la réconciliation du peuple Burundais. Je vous invite à interagir avec la Commission Vérité et Réconciliation ainsi que d’autres commission et Institutions spécialisées pour être en mesure de répondre aux questions de vos collègues diplomates et éviter de se faire prendre par les griffes de la ruse et de la manipulation qui sont monnaie courante dans les relations internationales.
  1.  En outre, en ce qui concerne la Communication, il s’agit d’un outil essentiel au niveau interne de vos Missions diplomatiques respectives, les communications avec la Capitale, mais aussi avec les Pays et Organisations auprès desquels vous serez accrédités. Veillez toujours à une communication rapide, efficace et efficiente. Toutefois, toute sortie médiatique sur des questions ultra sensibles doit être mesurée et autorisée par la capitale. Trop de communication tue la communication dit-on. Soyez donc mesurés et communiquer uniquement quand c’est nécessaire et opportun. Eviter de parler trop, car quand on parle beaucoup, on écoute pas assez. Votre communication doit être exacte, objective, claire, concise, constructive et émise en temps utile. Votre communication en tant que chef de mission ne doit pas contenir des erreurs, des imprécisions, des déformations et/ou contradictions. Elle doit surtout être fidèle à la politique étrangère, aux orientations et instructions de la capitale.
  1. S’agissant de la Coopération avec les pays ou organisations de votre juridiction, il s’agit du renforcement des bonnes relations existantes, mais aussi du rapprochement des partenaires traditionnels dont les relations se sont refroidies ces dernières années. A cet effet, comme l’a si bien dit Son Excellence le Président de la République, le Burundi ambitionne de bâtir des relations diplomatiques fondées sur le respect mutuel où certains Etats ne se substituent pas à la communauté internationale pour oppresser d’autres Etats souverains.  C’est à ce titre que nous restons ouverts aux pays et organisations qui souhaitent un rapprochement avec le Burundi, pour nouer et entretenir des relations de complémentarité sur des questions d’intérêt commun.
  1.  Certains dossiers sont perplexes et nécessitent la collaboration avec beaucoup de partenaires : il s’agit entre autres des défis globaux comme le changement climatique, la question de la migration internationale, la lutte contre le terrorisme, les questions de paix et de sécurité, la réforme du conseil de sécurité des Nations Unies, la protection des droits humains, la lutte contre le trafic des êtres humains, les objectifs de développement durable…. Soyez donc constructifs dans l’examen de ces questions internationales tout en veillant bien évidemment à nos principes et valeurs intrinsèques qui sont le fondement même de notre existence en tant que nation.  
  1. Mesdames, Messieurs, les Diplomates nouvellement nommés, les Missions diplomatiques burundaises sous votre coordination doivent être vivantes, rayonnantes et accueillantes, tant pour les nationaux que pour les autres partenaires. Au cours de votre mission, vous aurez à travailler avec la diaspora burundaise en sa qualité d’acteur important du développement. Vous êtes donc demandés à développer un partenariat stratégique avec la diaspora burundaise dans un esprit de dialogue, d’entente et d’inclusivité. Vous devez mobiliser la diaspora pour l’inciter à contribuer davantage à l’édification de leur patrie et de cultiver le sentiment d’appartenance à la grande nation Burundaise. Ceux qui passent leur temps à tenir l’image de marque du Burundi, il faudra essayer de les redresser. Cela fait partie de votre rôle en tant que chef de mission.
  • Au niveau interne, une mission diplomatique requiert une bonne gestion en bon père de famille. Vous devrez favoriser le dialogue, le respect mutuel, la bonne gouvernance et la gestion de la chose publique dans le strict respect de la Loi en la matière et à la limite des ressources à votre disposition.  A cet égard, permettez-moi de vous partager quelques principes budgétaires d’une gestion saine des finances.

Le principe d’annualité: Il exprime l’idée que l’autorisation budgétaire donnée à l’exécutif pour collecter les recettes publiques et mettre en œuvre les dépenses ne vaut que pour un an. Actuellement au Burundi, les exercices budgétaires sont calés sur une période allant du 1er juillet au 30 juin. Ce principe garantit la pérennité des attributions parlementaires et évite que l’exécutif, ayant sollicité une fois l’autorisation, ne s’abstienne de revenir devant le Parlement formuler ses demandes financières.

Le principe de spécialité: Il concerne les dépenses autorisées par le budget : celles-ci sont spécialisées, selon une nomenclature budgétaire, ce qui signifie que l’exécutif doit utiliser les crédits ouverts, de manière en principe limitative, selon leur destination telle qu’elle résulte du budget voté par le Parlement.

Le principe d’unité: Il exprime l’idée que le budget d’une entité doit figurer dans un document unique, à des fins de lisibilité et de transparence. En pratique, ce principe connaît de nombreux aménagements (budgets annexes, comptes spéciaux, et même possibilité de budgets rectificatifs en cours d’exercice).

L’universalité budgétaire: Assez proche de l’unité, l’universalité budgétaire impose que le budget décrive, pour la durée de l’exercice, l’ensemble des dépenses et des recettes. Là encore, il s’agit d’assurer la sincérité et la transparence de l’acte budgétaire.

Il faut dire que ces quatre principes sont classiques avec un ancrage historique assez marqué. Depuis une quinzaine d’années, de nouveaux principes budgétaires, en cours d’identification juridique, sont apparus, notamment le principe de sincérité. Je n’ai pas l’intention de développer cette question en profondeur, vous aurez le temps d’en discuter au cours d’une communication prévue par ce séminaire.

  • Au niveau des outils de travail, au-delà de politique étrangère récemment adoptée et d’autres documents de travail pertinents mis à votre disposition par notre Ministère, vous devez connaitre les lois et instruments susceptibles de vous aider à faire comprendre aux partenaires, les objectifs, visions et programmes du Gouvernement de la République du Burundi. Il s’agit notamment de la Constitution de la République du Burundi, la Charte de l’Unité Nationale, le Plan National de Développement, le code minier, le code des investissements, les différents codes du droit Burundais, la politique commerciale et industrielle du Burundi, la politique agricole, la politique enseignante,…  Il en va de même pour les lois de vos pays d’accréditation mais aussi et surtout les textes régissant les relations diplomatiques, comme la convention de Vienne sur les Relations diplomatiques de 1961et la convention de vienne sur les relations consulaires de 1963, la Charte des Nations Unies, l’Acte constitutif de l’Union Africaine, le Traité instituant la communauté de l’Afrique de l’Est, etc… Et par-dessus tout, n’oubliez pas votre bible ou votre coran.
  • Plus précisément, en ce qui concerne notre pays, vous devez intérioriser la politique étrangère du Burundi et le guide du diplomate. Il est prévu, au cours ce séminaire, une communication spécifique sur la politique étrangère et le guide du diplomate Burundais. Je vous demanderais d’y prêter une oreille attentive à cet égard. Le décret portant réorganisation du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement doit aussi rester en tout temps sur votre table travail.
  • Mesdames, Messieurs les diplomates nouvellement nommés, les principaux thèmes de discussions à développer au cours de ce séminaire s’inspirent de la volonté gouvernementale de rendre plus performants et plus productifs tous les services étatiques en général et ses représentations diplomatiques à l’extérieur en particulier. Je vous invite donc à suivre attentivement les différents exposés et à participer activement aux discussions qui s’en suivront. Ces thèmes sont notamment :

-Les stratégies de communication ;

-Les techniques de renseignement ;

-Le rôle des ONGE dans le développement ;

-La lutte contre la traite et le trafic des êtres humains ;

-Le leadership dans la construction d’un Etat moderne ;

-Le rôle du diplomate dans la promotion des investissements ;

-Les principales articulations de la politique étrangère du Burundi ;

-Le guide du diplomate burundais ;

-La bonne gestion des finances publiques.

  • En ce qui me concerne, ainsi que les services de l’Administration Centrale, nous sommes conscients des défis qui se posent souvent dans les missions diplomatiques.  Je vous réaffirme notre plein soutien et appui tout au long de votre mandat.  Le Cabinet et les Directeurs Généraux sont là pour vous appuyer et vous faciliter la tâche. Gardez une communication vivante et agissante avec ces services.
  • Qu’est-ce que nous attendons de vous ? Le Burundi attend de vous des diplomates épanouis, compétents et fiers de représenter dignement leur pays et de servir parfaitement leur peuple. La guerre diplomatique que nous avons menée entre 2015 et une partie de 2020 est déjà gagnée, mais la bataille continue car le rétablissement de la confiance avec certains partenaires est un processus. Nous sommes sur la bonne voie et il faudra embrayer sur les progrès déjà enregistrées et agir de bonne foi et de façon constructive.
  • C’est sur ces attentes que je déclare ouvert le séminaire d’information et d’échange à l’intention des diplomates Burundais nouvellement nommés. Je souhaite plein succès à vos travaux. Nul doute que les conclusions de ce séminaire auront un impact positif sur l’action diplomatique burundaise dont vous êtes des acteurs à part entière.

Je vous remercie de votre aimable attention !

A propos du gestionnaire

Voir aussi

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement signe l’amendement de l’Echange de Notes relative au projet de modernisation et d’extension du Port de Bujumbura

Ce 7/5/2021, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement Son Excellence …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!