Flash Info
Accueil / Actualités / Rencontre du Ministre des Affaires étrangères de Fédération de Russie, S.E Sergueï et du Ministre des Affaires Etrangères de la République du Burundi, S.E Ambassadeur Ezéchiel NIBIGIRA, Moscou, le 5 novembre 2019.

Rencontre du Ministre des Affaires étrangères de Fédération de Russie, S.E Sergueï et du Ministre des Affaires Etrangères de la République du Burundi, S.E Ambassadeur Ezéchiel NIBIGIRA, Moscou, le 5 novembre 2019.

Mardi le 05 novembre 2019, à Moscou, la rencontre entre le Ministre des Affaires Etrangères de la Fédération de  Russie, Monsieur Sergueï LAVROV et le Ministre des Affaires Etrangères de la République du Burundi, Son Excellence Ambassadeur Ezéchiel NIBIGIRA, s’est déroulée dans une atmosphère chaleureuse et conviviale. Les deux personnalités confirment que leurs pays entretiennent des relations amicales fondées sur les principes du droit international, le respect des intérêts mutuels et la profonde sympathie historique que leurs peuples ont l’un pour l’autre.

Les deux pays ont loué la dynamique positive de leurs relations commerciales et économiques. Selon le Ministre des Affaires Etrangères Russe, les chiffres ne sont pas encore très impressionnants, mais ils montrent une croissance significative: plus de quatre fois au cours des trois dernières années. Cela correspond à leur intention mutuelle de porter leur partenariat commercial mutuellement avantageux à un nouveau niveau et ils le réaffirment.

La Russie a récemment réussi à lancer toute une série de projets communs fructueux dans les secteurs de la fabrication, des mines et de l’agriculture. Plusieurs sociétés russes opèrent au Burundi. À son tour, le Burundi a ouvert un magasin qui vende du thé et du café burundais en Russie et se porte très bien. La Russie et le Burundi ont également convenu de maintenir des contacts directs entre leurs milieux d’affaires. Les domaines de coopération les plus prometteurs sont la coopération interrégionale en particulier. La Partie russe estime qu’il est bon de développer toute une gamme de projets communs au Burundi impliquant la République de Mordovie. Les autorités burundaises ont informés leurs collègues russes des mesures prises par le Gouvernement du Burundi afin de mettre enfin un terme aux difficultés intérieures et aux préparatifs des élections générales qui auront lieu en mai 2020.

La Russie a confirmé sa position inébranlable en matière de respect de la souveraineté du pays indépendant. La Russie soutient en effet qu’il est inadmissible de s’immiscer dans les affaires intérieures du Burundi et telle sera sa position lors des discussions sur les problèmes liés à l’évolution de la situation au Burundi à l’ONU, y compris son Conseil de sécurité.

Pour le côté culturel, les deux Parties ont salué la formation de spécialistes burundais dans les universités russes. En comptant l’ère soviétique, plus de 4 500 burundais ont reçu une éducation en Russie au total. Aujourd’hui, environ 120 burundais étudient des disciplines humanitaires, des dizaines de burundais étudient dans des universités relevant des ministères de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que dans des cours du Service fédéral de sécurité. La Russie continue à proposer des stages aux diplomates burundais à l’Académie diplomatique du Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie aux dépenses de la Russie et de nouveaux experts pourront s’inscrire aux cours correspondants pour l’année prochaine.

 Les deux Ministres ont  discuté des perspectives d’une nouvelle entreprise, la création d’un centre national de gestion de crise au Burundi sous une demande des responsables de la Province de Gitega et la Russie a accepté de s’atteler à la question, aux aspects pratiques, avec le Ministère de l’Intérieur de la Russie et l’Organisation Internationale de Défense Civile. La Russie a salué les résultats du premier sommet Russie-Afrique qui s’est tenu à Sotchi les 23 et 24 octobre 2019.

Le Chef de la diplomatie russe a souligné que son pays va promouvoir la mise en œuvre des documents signés par la Russie et l’Union africaine, la Commission économique eurasienne et la Commission de l’Union africaine, ajoutant ainsi de nouveaux détails aux liens étroits qui unissent la Russie et l’Afrique.

Les deux collègues ont discuté des affaires régionales et internationales. Ils se sont  prononcés en faveur de la poursuite du développement de la coopération avec l’ONU et d’autres pays afin de garantir le respect de la Charte et des principes de l’ONU, notamment le refus de l’ingérence dans les affaires intérieures d’autrui et le respect du droit des personnes de choisir leur propre voie et modèle de conduite et de développement.

Le Burundi co-parraine traditionnellement les principales initiatives de la Fédération de Russie à l’Assemblée Générale des Nations Unies, notamment la non-acceptation de la glorification du nazisme, la non-mise en place d’armes dans l’espace, la promotion de la transparence et des mesures de renforcement de la confiance dans l’espace et la sécurité internationale de l’information, d’appuyer l’approbation d’une résolution sur le 75e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre Mondiale, y compris une réunion officielle à New York en mai 2020 lors de la session de l’Assemblée Générale des Nations unies.

Ils ont également échangé des points de vue sur la collaboration avec les agences des droits de l’homme des Nations Unies. Ils ont exprimé là une position commune: qu’ils doivent examiner des cas spécifiques sans chercher à les politiser ni à utiliser le sujet des droits de l’homme pour s’ingérer dans les affaires intérieures des États souverains. Ils ont aussi confirmé l’étroite coordination des travaux de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) afin d’empêcher certains de nos partenaires occidentaux d’essayer de saper les bases fondamentaux de cette convention, fondés sur un consensus, qui se sont manifestés dans les 12 mois passés et d’essayer d’imposer des approches non consensuelles en matière d’élimination des armes chimiques et de désarmement chimique complet, ce qui va à l’encontre de la lettre et de l’esprit de la Convention elle-même.

En outre, ils ont discuté de nombreux problèmes auxquels sont confrontés les pays africains. La Russie procède invariablement de la nécessité de respecter les opinions des Africains eux-mêmes et d’élaborer des approches en vue de résoudre diverses crises. C’est ainsi que la Russie continuera à s’adresser au Conseil de Sécurité des Nations Unies tout en discutant des différents points chauds du continent africain, notamment la République Démocratique du Congo, la région des Grands Lacs, la République Centrafricaine, le Sud-Soudan et le Mali, d’un accord de paix avec la Somalie et elle  loué la position du Burundi sur cette question et avec plus de 4 000 soldats de la paix burundais servent de manière appropriée dans le cadre de la mission de l’Union africaine en Somalie. C’est une contribution substantielle à la stabilisation de ce pays important, qui est toujours déchiré par des conflits internes, et où les terroristes, y compris des organisations comme Al-Shabaab, continuent de consolider leurs positions.

Dans l’ensemble, le Ministres des Affaires Etrangères russe estime que leurs discussions sont très utiles. Il espère qu’ils continueront à progresser sur les questions abordées dans l’intérêt de leurs relations, de leurs pays et de leur peuple.

Pour question adressée aux deux Ministres concernant l’échange des données de renseignement sur les membres de groupes armés illégaux et si le Burundi envisage de rejoindre la base de données du FSB sur les combattants terroristes étrangers ou la Russie et le CSTO vont élargir leurs liens antiterroristes avec le Burundi, S.E Sergueï Lavrov intervenant après S.E Ezéchiel NIBIGIRA, a répondu que la Russie est intéressée au développement de la coopération en matière de lutte contre le terrorisme avec tous les pays, y compris ceux de l’Afrique. Elle  forme  le personnel de sécurité étranger au centre spécial du Service Fédéral de Sécurité (FSB), y compris pour le Ministère burundais en charge de la Sécurité Publique. Il a également ajouté qu’ils ont discuté  de la base de données du FSB [International Counterterrorism], qui peut être utilisée pour suivre en temps réel les combattants terroristes étrangers. Quelques 50 pays et organisations internationales, y compris Interpol, y ont accès. Le Ministre des Affaires Etrangères de la Russie a promis que ce pays fournira au Burundi du matériel à partir duquel ce dernier pourra apprendre comment rejoindre cet important mécanisme international.

Pour questiondu Sommet Russie-Afrique à Sotchi qui a soulevé les appréhensions de certains pays occidentaux quant au retour de la Russie à grande échelle en Afrique, S.E Sergueï Lavrov ajoutant après S.E Ezéchiel NIBIGIRA que ceux qui s’inquiètent des relations entre d’autres pays sont des prisonniers d’une mentalité néocoloniale, alors que de vastes continents étaient considérés comme appartenant à certains pays et qu’aucun autre pays n’était autorisé à y entrer. Les deux Chefs de la diplomatie ont souligné tout cela a changé. S.E Sergueï  LAVROV a rappelé que l’année prochaine, le monde marquera le 60e anniversaire de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1960. Cette déclaration a créé l’Afrique moderne et les pays africains indépendants modernes. La Déclaration a été co-initiée et co-écrite par l’Union Soviétique. Les pays africains se souviennent des personnes qui ont grandement contribué à leur indépendance et à leur libération du joug colonial, mais qui ont également contribué à leur permettre d’acquérir les bases d’un Etat, telles que les forces de sécurité et les industries nationales de base.

Par conséquent, le Ministre des Affaires Etrangères ne voit aucune raison juridique ou morale d’inquiétude si la Russie et ses collègues africains veulent renforcer leur coopération.

A propos gestionnaire

Voir aussi

Le jeudi 07 novembre 2019, l’Ambassadeur du Burundi en République de Zambie, S.E   Pascal  RUHOMVYUMWORO, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!